SARL BM ET PARTENAIRES - 2018-02-14

Château Haut-Peyrat, un nouvel incontournable de Bordeaux !

Château Haut Peyrat est une toute jeune propriété, malgré ses 4 siècles. La propriété abandonnée a été reprise en 2014, et connaît aujourd'hui un second souffle grâce à la famille Gil. Après de lourdes années de travaux, qui ne sont d'ailleurs pas totalement achevés, le Château Haut Peyrat arbore aujourd'hui fièrement sa nouvelle identité.
Des petits nouveaux sur VINISUD ! Après une carrière entière dans la banque, l'envie de « relever de nouveaux défis » s'est imposée à Didier Gil. Son épouse Isabelle, grande entrepreneuse et petite fille de viticulteur dans le Languedoc Roussillon, l'a volontiers suivie dans cette folle aventure.

- Un site époustouflant
Le Château Haut Peyrat est situé sur les hauteurs de Cambes, village de bord de Garonne, à 20 minutes du coeur de Bordeaux. Outre un très beau bâti sur une croupe offrant une superbe vue , le domaine s'étend sur 40 hectares d'un seul tenant, aux portes de Bordeaux et de l'Entre Deux Mers, petite Toscane bordelaise.
Château Haut Peyrat présente l'attrait particulier d'un magnifique terroir de 20 hectares, mêlé à 20 hectares de bois et prairies, révélant un subtil et rare équilibre de biodiversité. La quasi-totalité du vignoble est située à flancs de coteaux exposés sud-est à sud-ouest. La plupart des sols et des parcelles, composés de graves argilo-calcaires et argilo-graveleux, présentent un beau potentiel qualitatif.
Riche de ce terroir, le Château produit une gamme de vins de grande qualité qui doit permettre à chacun de trouver son plaisir.

- Une attention particulière portée à l'environnement et à sa biodiversité
Le vignoble de 20 hectares (Merlot, Cabernets Franc et Sauvignon et un peu de Malbec) aujourd'hui entièrement restructuré, est exploité de manière responsable, avec des certifications en cours (SME et HVE).
En plus d'une agriculture raisonnée utilisant le moins d'intrants chimiques possible à la vigne comme au chai, la propriété est équipée de sa propre station de traitements des effluents, mais aussi d'une chaudière à sarments permettant de l'intégralité des bâtis grâce aux sarments de vignes issus de la taille.
Dans la quête permanente du développement de la biodiversité, des ruches ont été installées sur la propriété, permettant de polliniser au mieux les végétaux - dont la vigne aux alentours. Cinq brebis sont elles aussi arrivées il y a quelques mois sur la propriété avec pour vocation de désherber entre les rangs de vigne tant que les bourgeons ne sont pas encore développés.
Cavalier de longue date, Didier Gil prévoit aussi de « s'y remettre » et c'est ainsi que les écuries de la propriété reprendront leurs fonctions premières avec l'arrivée d'un ou plusieurs chevaux.

- La quête d'un vin remarquable
Un cuvier et un chai ont été créé pour vinifier la vendange, jusque-là portée en coopérative, et une équipe a été recrutée. Les vinifications ont lieu en cuves bétons thermorégulées, et le vin est ensuite élevé dans des barriques de chêne français qui ont pour la majorité déjà « 1 vin ». L'apport de la barrique permet d'assouplir les tanins présents dans le vin, tout en respectant le terroir qui s'exprime si bien dans les baies sélectionnées.
Il n'y a pas d'oenologue-consultant pour créer les vins, « afin de garder notre identité et notre spontanéité » précise Didier Gil, mais leur ami Jean-Luc Zuger (à la tête du Château Malescot Saint-Exupéry, 3ème Grand Cru Classé à Margaux) et son équipe président aux assemblages.
2015, premier millésime embouteillé de la propriété est décliné en deux cuvées, à 70% merlot, 15% cabernet sauvignon et 15 % cabernet franc. Deux styles bien distincts, la cuvée « Prélude », assemblage de vignes de 25 ans passé 6 mois de barriques, est fruitée et aisément accessible, et le grand vin « Haut-Peyrat », est un assemblage de vieilles vignes, avec un an de barriques à la belle complexité, gourmand et frais à la fois, avec une belle longueur en bouche.

- L'envie de partager
Les premiers retours ont été plutôt concluants : « j'ai de bons retours des clients qu'ils soient particuliers ou professionnels, les gens trouvent nos vins très bons et très abordables ! » constate Didier Gil. L'ouverture à l'oenotourisme est la prochaine étape pour faire découvrir cet environnement propice aux rêves et à la sérénité. Différents circuits de visite seront mis en place pour la saison 2018, avec la volonté de partager un savoir-faire, un savoir-vivre et bien entendu de belles dégustations ! La mise en place d'un carrelet sur la Garonne permettra également de développer un aspect réceptif plus inédit aussi bien aux particuliers qu'aux professionnels.

Contact Presse
Anne-Laure DEMARIS
Mail : [email protected]
Tél : +33 (0)5 57 80 47 27 - +33 (0)7 50 38 32 73